lundi 2 juin 2014

Communiqué intersyndicale Rythmes scolaires

Rythmes scolaires, le dossier n’est pas clos


Pour les organisations syndicales FNEC FP-FO, SPS-FO, CGT-Educ’action, CGT services publics, SUD-éducation, SUD Collectivités Territoriales et FAEN réunies le 26 mai 2014, le décret « d’assouplissement » de la réforme des rythmes scolaires loin de répondre à la demande des personnels aggrave les inégalités territoriales en laissant chaque commune organiser le temps scolaire sans cadrage national.

Communiqué_Intersyndicale_Rythmes_scolaires_30/05/2 014

Posté par snudifo18 à 18:41 - - Permalien [#]


mardi 27 mai 2014

Le seul assouplissement possible, c'est l'abrogation !

 Signez la pétition nationale en cliquant ICI

 Depuis des semaines, la pétition nationale lancée par le SNUDI-FO recueille chaque jour davantage de signatures pour exiger  "Le seul assouplissement possible, c’est l’abrogation ! ".

Dans le même temps…

- de nouvelles manifestations ont lieu dans les départements comme par exemple à Tarare dans le Rhône où 400 enseignants et parents se sont rassemblés devant la mairie pour le retrait des décrets Peillon/Hamon, à l’appel notamment des Unions locales FO et CGT ;

- de plus en plus de conseils municipaux annoncent qu’ils ne mettront pas en place la « réforme » à la prochaine rentrée.

 Un décret destructeur de nos garanties statutaires

 

Après les remplaçants, les PES ?

Après le projet de décret annualisant le temps de service des titulaires remplaçants et des compléments de temps partiels (que le ministre n’a pas encore pu publier), le ministre va-t-il annualiser les obligations de service des stagiaires ?

 

En effet,  à la rentrée, les PES devront effectuer 12 heures de service hebdomadaire sur deux journées consécutives. Si le décret Peillon-Hamon était généralisé, de nombreux PE stagiaires seraient affectés dans des écoles où la durée de la journée scolaire ne sera plus de 6 heures.

Dans ces conditions, comment les PES pourront-ils assurer leurs 12 heures d’enseignement hebdomadaire ?

Si le temps de classe fixé par le projet local durant leurs deux jours de service est inférieur à 12 heures, devront-ils  récupérer les heures manquantes ?

Le ministre va-il promulguer un décret annualisant les PES ?

 

Une seule issue l’abrogation

Depuis 18 mois, les PE se mobilisent, manifestent, font grève pour exiger l’abrogation du décret Peillon/Hamon. Ils ne se laisseront pas diviser entre les pires et les moins pires projets de chaque mairie.

Quel que soit le projet d’aménagement de la semaine scolaire de la mairie, toutes les remises en cause statutaires demeurent. Les PE refusent la territorialisation de l’école et de  leur statut de fonctionnaire d’Etat.

 C’est ce qu’expriment 54 PE de la Ville de Lyon

réunis avec le SNUDI-FO le 21 mai :

« Nous sommes 54 enseignants de 15 communes différentes réunis avec le SNUDI-FO mercredi 21 mai à Lyon. Nous avons pris connaissance du décret Hamon qui confirme et aggrave le décret Peillon et nous restons unis sur le fait  qu’il est inacceptable que les communes décident de notre emploi du temps et du fonctionnement de l’école publique. Nous demandons à nouveau l’abrogation des décrets Peillon et Hamon. La question d’une grève nationale se pose pour obtenir cette abrogation. »

Posté par snudifo18 à 18:54 - - Permalien [#]

mardi 20 mai 2014

Problèmes de remplacement, recours aux contractuels...

Le SNUDI-FO s’adresse au ministre

Monsieur le Ministre.

Comme nous vous l’avons exprimé le 24 avril lors de l’audience avec notre fédération, la situation du remplacement devient particulièrement intenable dans les écoles.

Il ne se passe pas un jour sans que des centaines de classe soient sans maître faute de remplaçants, sans que des stages de formation ne soient annulés au détriment de la formation des enseignants, sans que des stages syndicaux de droit soient annulés par l’administration.

D’une part, cette situation place les Professeurs des Ecoles devant des classes à plus de 30 élèves du fait de la répartition des élèves dans toutes les classes de l’école, de l’autre le droit à la formation n’est plus respecté et le droit syndical est de plus en plus souvent remis en cause.

Ainsi à Paris, la situation est particulièrement tendue : de nombreuses écoles se transforment en garderie avec 33, 35 élèves par classe, voire plus, après répartition des élèves sans enseignant. Notre syndicat départemental dénonce le manque de postes de titulaires-remplaçants (54 postes de remplaçants supprimés depuis 2010) et alerte les autorités sur la dégradation des conditions de travail dans les écoles et la fatigue des personnels générées par la réforme des rythmes scolaires. Les protestations de parents se multiplient.

En Seine-Saint-Denis, tout au long de l’année, le remplacement a été quasi-inexistant. Bilan : des CP sans maître pendant des semaines, des classes à 35-40 élèves… Même le remplacement des congés maternités ne s’est pas bien effectué. Personne ne peut accepter que cette situation qui conduit les DASEN à recourir aux contractuels pour faire face aux besoins.

Cette situation nécessite que des mesures immédiates soient prises pour que les PE puissent travailler dans des conditions acceptables et que les élèves reçoivent les heures d’enseignement auxquelles ils ont droit.

A la prochaine rentrée, les 976 postes prévus pour accueillir 38 000 élèves supplémentaires dans les écoles ne suffiront pas. Parallèlement la mise en œuvre du dispositif « plus de maîtres que de classes » (circulaire du 18-12-2012) aboutit, dans les faits, à fermer des classes pourtant indispensables et à refuser des ouvertures également nécessaires pour y substituer des postes à profil, souvent sous forme de quotité incomplète.

Notre première demande d’urgence est donc l’ouverture immédiate de la liste complémentaire pour répondre aux besoins urgents en matière de carte scolaire et stopper le recours aux contractuels qui commence à être initié dans le 1er degré.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma parfaite considération.

Montreuil, le 14 mai 2014

Norbert Trichard
Secrétaire général

Posté par snudifo18 à 11:39 - - Permalien [#]

vendredi 16 mai 2014

Projet de circulaire concernant les personnels des RASED

Le ministère confirme et aggrave le processus de disparition des RASED

Le 13 mai, le ministère a présenté aux organisations syndicales un projet de circulaire concernant les missions des psychologues scolaires et des enseignants spécialisés exerçant dans le cadre des RASED à l’école primaire.

Cette nouvelle circulaire se substituerait à celle définissant les missions des RASED de 2009 (n° 2009-088) ; la circulaire spécifique des psychologues scolaires (n°90-083) devrait être également abrogée pour une nouvelle circulaire concernant leurs missions hors RASED.

Un pôle ressource dans la circonscription pour l’aide aux élèves et aux enseignants

Ce projet n’est que le prétexte à la mise en place d’un «  pôle ressource dans la circonscription pour l’aide aux élèves et aux enseignants », en lieu et place du rétablissement de RASED complets rattachés aux écoles, prenant en charge les élèves en difficulté. Ce pôle ressource « regrouperait tous les personnels que l’IEN peut solliciter et fédérer pour répondre aux demandes d’aides émanant d’un enseignant ou d’une école (conseiller pédagogique, maître-formateur, animateur TICE, référent handicap, psychologue scolaire, enseignant spécialisé, enseignant itinérant ayant une mission spécifique…). Les personnels sociaux et de santé peuvent être associés autant que de besoin à son action », le RASED devenant une des composantes de ce pôle.

Le ministre entend appliquer la méthode de « l’assouplissement des rythmes » aux RASED. L’assouplissement annoncé est en fait la dilution complète des RASED au sein d’un pôle ressource qui définirait localement, dans la circonscription, leurs missions. Face au chômage le gouvernement a créé le pôle emploi ; pour accompagner les 5000 suppressions de postes de RASED le ministre invente le pôle ressource.

Des missions définies localement : la territorialisation en marche

De nouvelles missions adaptées au conseil école-collège

Les personnels RASED intégrés au « pôle-ressource » verraient leurs missions définies par le projet de la circonscription, sur des critères qui ne relèveraient plus de missions nationales définies par décret mais de missions locales visant à les utiliser comme « pompiers-volants » dans les écoles confrontées à des situations d’urgence.

Dans ce cadre contraint de l’austérité qui s’oppose aux créations de postes et au rétablissement des RASED, comment l’IEN, «  pilote du pôle », pourra-t-il arrêter les « priorités d’action des personnels RASED » ?

Le projet prépare également l’intégration des RASED dans le cadre des travaux du conseil école collège pour « un travail de liaison et de coordination permettant le suivi des élèves de 6ème ayant rencontré des difficultés à l’école élémentaire ».

Le SNUDI FO a indiqué son opposition à ces nouvelles missions du socle CM2 6ième : le ministère devrait plutôt se concentrer sur la création de tous les postes correspondants (en E, G et psy), répondant à tous les besoins de l’école primaire, de la maternelle au CM2.

Maintien des personnels RASED dans un réseau implanté dans une école
Un RASED complet pour 800 élèves

Ce projet de circulaire aggraverait la dilution des RASED à court terme et conduirait à la disparition des spécificités des uns et des autres : maître E, maître G, psychologue scolaire, au profit du dispositif «  plus de maîtres que de classes ».

Attaché à la mission de prévention des personnels des RASED, le SNUDI-FO n’acceptera pas de discuter d’une nouvelle redéfinition des options du CAPA-SH.

Le SNUDI FO demande que soit confirmée la spécificité de l’option E et G, avec le nombre de départs en formation à hauteur des besoins, et que les personnels des RASED soient maintenus dans le corps des PE.

 

Posté par snudifo18 à 11:42 - - Permalien [#]

jeudi 15 mai 2014

Ça suffit !


Jeudi 15 mai :

850 personnes à Bourges dans le cadre de la manifestation de la fonction publique


LE GEL DU POINT D’INDICE, C’EST LE RACKET DES AGENTS PUBLICS !

Snudi-FO18, Manifestation 15 mai 2014, source le Berry Républicain

Le gel du point d’indice depuis juillet 2010 se traduit par une ponction inacceptable sur le pouvoir d’achat des agents de la Fonction publique.


Communiqué du Snudi-fo:👉   grève 15 mai 2 014

Posté par snudifo18 à 15:01 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


vendredi 18 avril 2014

Carte scolaire


CARTE SCOLAIRE : 16 fermetures et 2 ouvertures de classes !!!


Le SNudi-FO constate que les 16 fermetures sont d’ores et déjà la traduction du pacte de responsabilité appliqué au 1er degré de l’Education nationale et que la fermeture des 3 E. temps partiels 80% résulte du décret sur les rythmes scolaires.

Le SNUDI-FO constate que loin des promesses de création de postes, les projets ministériels déclinés par département, aboutissent à une nouvelle dégradation généralisée des conditions de travail des enseignants et d’accueil des élèves puisqu’officiellement, ne sont créés que 1 200 postes pour 38 000 élèves supplémentaires annoncés, soit 1 poste pour 32 élèves en moyenne, et cela, sans comptabiliser les élèves de 2, voire de 3 ans.

 RENTREE 2014 – Décisions de carte scolaire Cher

FERMETURES :

EE Aubigny Les Grands Jardins

EE Avord

RPI Barlieu/Concressault

EM Baugy

RPI Cerbois/Chéry/Lazenay

EM Chateaumeillant

EP Ivoy-le-Pré

EE Le Chatelet

EE Mehun sur Yèvre Les Charmilles

EE Orval Jean Ganne

EE Saint Amand Montrond Marceau

EE Saint Amand Montrond Mallard

EE Saint Florent Louis Dézelot 2

EE Sancerre

RPI Arpheuilles/Uzay le Venon

EM Vierzon Fay Parmentier

+1 Directeur pédagogique CMPP, 3 Animateurs TICE, 3 ETP compléments des 80 %

 

OUVERTURES :

 

EM Saint Martin d'Auxigny

EE Vierzon André Luberne

 

+ Dispositifs moins de 3 ans

1 EM Bourges Jules Ferry

1 EM Bourges Louise Michel

0,5 EE Bourges Marcel Plaisant (½)

- Dispositifs maître supplémentaire

 0,5 EE Bourges Le Grand Meaulnes (½)

1 EE Vierzon André Luberne

- Coordination Education prioritaire

0,25 Bourges Paul Arnault (¼)

 - Prévention des difficultés scolaires

4 Rased maîtres E

1 poste Scolarisation enfants du voyage Vierzon

1 poste Scolarisation enfants du voyage Sud dép

- Formation des personnels enseignants : 3 Conseillers pédagogiques TICE

- Remplacement : 3 ZIL

Le SNUDI FO revendique :

- la création des postes nécessaires, l’annulation des fermetures de postes et de classes programmées et les ouvertures nécessaires ;

Le Snudi-FO18 dénonce la mise en œuvre du dispositif démagogique « plus de maîtres que de classes » (circulaire du 18-12-2012) qui aboutit à fermer des classes pourtant indispensables et à refuser des ouvertures également nécessaires pour y substituer des postes à profil, souvent sous forme de quotité incomplète.

Le Snudi-FO18 qui revendique la création effective des postes de titulaires remplaçants et de maîtres E et G dans les RASED se réjouit de la création de 4 postes de RASED et 3 postes de ZIL. Mais cela sera-t-il suffisant?

 

le

 

 

Posté par snudifo18 à 18:52 - Permalien [#]

mercredi 16 avril 2014

COMMUNIQUE REMPLAÇANTS VOTE CTM : Le ministre désavoué !

Le projet de décret annualisant les heures d’enseignement pour les professeurs des écoles chargés de fonctions de remplacement ou de l’accomplissement d’un service partagé et permettant le dépassement des 24 heures hebdomadaires d'enseignement  a obtenu une majorité de votes négatifs en CTM du mercredi 9 avril 2014 :

 -FSU, la CGT, SUD, et FO ont voté contre

- Unsa et la CFDT ont voté pour!!!

 Selon le projet de décret, les PE remplaçants, ainsi que les PE affectés sur des compléments de services, se verraient contraints d’assurer jusqu’à 27 heures d’enseignement hebdomadaire dans un cadre d’annualisation déguisée et d’individualisation des relations de travail, conséquence directe de l’application du décret sur les rythmes scolaires.

Pour le SNUDI-FO ni un nouveau maxima à 27 heures hebdo, ni une récupération pondérée, ni un contrôle des plages de récupération ne peut compenser la disparition des 24 heures hebdomadaires.

Le SNUDI-FO18 rappelle que les TR (ainsi que les PE affectés sur des compléments de services) ont les mêmes obligations de service que les autres enseignants du premier degré : 24 heures hebdomadaires d’enseignement plus cent huit heures annualisées.

Le nouveau ministre doit renoncer au décret annualisant les remplaçants, au décret du 24 janvier 2013.

 

 

 

Posté par snudifo18 à 11:42 - - Permalien [#]

dimanche 13 avril 2014

La formation M@gistère liquide le droit à la formation continue


La circulaire du 4 février 2013 d’application du décret du 24 janvier sur les rythmes scolaires qui met en place la formation à distance s’applique progressivement dans les départements :

Elle s’inscrit dans l’objectif de réduction des dépenses publiques, la formation à distance (FOAD) permettant de diminuer les budgets consacrés à la formation continue et de supprimer, dès 2015, les frais de déplacement des collègues en stage ;

Elle met fin à la formation volontaire des enseignants car les IEN pourront imposer les conférences et préinscrire les collègues en fonction des stages qu’ils choisiront dans leurs circonscriptions et qui pourraient être réduits à deux parcours par niveau ;

Elle remet en cause la liberté pédagogique individuelle en prévoyant « un suivi et une validation des acquis » de la formation et que « l’IEN doit faire le lien entre l’activité de formation et les effets dans la classe » ;

Elle oblige les enseignants à s’équiper de matériels et logiciels à jour ;

Elle impose une annualisation des horaires de formation.


Le Snudi-FO18 invite les collègues du département à communiquer les problèmes rencontrés pour intervenir auprès du ministre pour qu’il suspende son application dans les départements.


 

Le Snudi-FO18 revendique le retour à une véritable formation professionnelle in situ, ouverte à tous, continue sur le temps de travail et librement choisie, avec convocation nominative donnant droit au remboursement de frais de déplacement.

 

Ensemble construisons dans le Cher une force syndicale indépendante faisant prévaloir nos conditions de travail.


 

Posté par snudifo18 à 12:49 - - Permalien [#]

vendredi 28 mars 2014

600 manifestants à Bourges le 18 mars 2014 :

  à l’appel de FO, CGT, FSU, Solidaires

 pour mettre en échec le pacte de responsabilité !

 

2014-03-18_11


 

Posté par snudifo18 à 13:30 - - Permalien [#]

jeudi 20 mars 2014

Qu'est-ce que FO

Qu’est-ce que FO ?

Des femmes et des hommes libres dans une organisation indépendante, ensemble pour acquérir une force leur permettant de défendre leurs droits, d’en obtenir de nouveaux, de se faire respecter.
15 000 implantations syndicales réparties sur tout le territoire (métropole et DOM TOM avec 103 Unions Départementales), dans tous les secteurs d’activité avec des Fédérations nationales et regroupés au sein de la Confédération Force Ouvrière.

Un rôle : Regrouper les salariés (actifs, chômeurs et retraités) au-delà de leurs choix politiques, religieux ou philosophiques pour représenter leurs intérêts communs (adhésion en ligne).

Les statuts de l’organisation constituent la charte commune, délibérément choisie (statuts de Force Ouvrière).

Les mots-clefs : Liberté, démocratie, indépendance.

Une conviction : Le syndicat n’a pas vocation au pouvoir, son rôle est d’être un contrepoids à tout pouvoir.

Des outils : Le contrat, l’action, les revendications.
Au plan européen et mondial, Force Ouvrière est membre de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) et de la Confédération Syndicale Internationale (CSI).
FO participe aux travaux du Comité syndical consultatif auprès de l’OCDE (TUAC). Elle est également impliquée dans les "Activités pour les travailleurs" de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Genève.

Quelle est l’histoire de FO ?

Née en 1895 sous l’appellation CGT, la CGT-FO est apparue sous ce sigle en 1948 à l’initiative de militant(e)s refusant l’emprise du parti communiste sur la CGT.

Depuis ses origines, le principe et la pratique de l’indépendance syndicale sont au cœur de son comportement, de ses analyses, de son rôle. Cette indépendance vaut à l’égard des partis politiques, des gouvernements, de l’État, du patronat et des églises.

Ainsi, par principe Force Ouvrière ne prend pas position à l’occasion des consultations politiques électorales à tous les niveaux. L’exception, conforme aux statuts confédéraux, a eu lieu en 1969, à l’occasion d’un référendum parce que nous avions considéré que la mise en place d’un sénat économique et social conduirait au corporatisme et à l’intégration du mouvement syndical, deux éléments contraires à l’indépendance.

À l’origine, au plan syndical, de la création de nombreuses structures de protection sociale collective (UNEDIC - Retraites complémentaires notamment), la CGT-Force Ouvrière, communément appelée Force Ouvrière a toujours considéré que la pratique contractuelle était un outil important pour construire et développer des droits collectifs à tous les niveaux (interprofessionnel - branches d’activité - entreprises).

En ce sens, Force Ouvrière a toujours combattu le tout État comme le tout marché.

Fondamentalement attachée aux valeurs républicaines (Liberté - Égalité - Fraternité - Laïcité), elle défend le service public et la sécurité sociale comme des structures assurant des droits égaux aux citoyens.

Cela explique le combat mené en 1995 contre l’étatisation de la sécurité sociale ou les conflits avec le patronat sur la refondation sociale, c’est-à-dire la livraison au marché de toutes les structures collectives et solidaires.

Ligne de conduite de Force Ouvrière depuis 1895, l’indépendance syndicale est aussi ce qui assure son avenir en tant que valeur fondamentale.

En témoigne en France ou ailleurs ceux qui s’y réfèrent ou tentent de s’y référer.

Posté par snudifo18 à 17:27 - - Permalien [#]