mardi 15 septembre 2020

Masques de Type 1 fournis par l’Administration PEUT-ON AVOIR CONFIANCE ?

Signez la pétition https://www.facebook.com/snudifo.cher/posts/2790618481221095

Version papier : Pétition_départementale_Masque_sept2020

Alors qu’au plus fort de l’épidémie, le gouvernement nous expliquait que les masques ne servaient à rien, les personnels sont désormais contraints de porter un masque sans discontinuer, de manière obligatoire, en classe, dans la salle des maîtres, dans la cour de récréation …

Confrontés à des élèves ou collègues testés positifs à la Covid, les collègues portant un masque en tissu fourni par l’Education Nationale sont placés « en quatorzaine » (bientôt « en huitaine » peut être…) par les ARS … tandis que les collègues portant un masque papier chirurgical peuvent, eux, rester à l’école !

Et dans le même temps, les personnels testés positifs – mais bien souvent non malades – sont obligés de se mettre en arrêt maladie ce qui impacte leurs droits à congés, tout en subissant le jour de carence. Inadmissible !

Les collègues ne sont pas protégés et c’est inacceptable !

Parce que notre administration dans cette épisode épidémique est plus que jamais responsable de notre santé, en signant cette pétition, nous exigeons :

• Des masques pour tous: FFP2 en lieu clos et possibilité de retirer son masque en extérieur;

• À défaut de masque, une indemnité pour assurer l’achat et l’entretien de masques personnels;

• Plus de transparence de l’administration sur l’évolution de l’épidémie dans les écoles;

• Du gel hydroalcoolique en quantité suffisante pour toutes les écoles;

• L’abrogation du jour de carence qui plus est dans le cas d’une infection COVID;

• La reconnaissance de l’imputabilité aux services en cas de contamination COVID;

• Le suivi médical des personnels à risque par la médecine de prévention;

• La mise en place des dépistages nécessaires.

Pour les revendications ne relevant pas du niveau départemental, nous demandons au DASEN de faire remonter ces revendications au niveau ministériel.

En l’absence de satisfaction de ces revendications, nous vous invitons à remplir le Registre de Santé Sécurité au Travail, en donnant des exemples précis (point d’eau trop éloigné de la classe, absence de gel hydroalcoolique, masque inefficace...), ce qui obligera l’administration à répondre à vos demandes.

Signez la pétition https://www.facebook.com/snudifo.cher/posts/2790618481221095

IMG-6084

Posté par snudifo18 à 10:43 - - Permalien [#]


INFORMATIONS COVID19

SOYONS PROTEGES EFFICACEMENT : Signez la pétition https://www.facebook.com/snudifo.cher/posts/2790618481221095

Personnels vulnérables 

Dès le mois d’août et lors du CHSCT du 10 septembre, FO a dénoncé les dispositions très en retrait par rapport à celles en vigueur en fin d'année scolaire dernière, en particulier la réduction des critères de vulnérabilité (décret d'août) qui est une honte !

"Aussi les agents publics présentant l'une des pathologies mentionnées à l'article 2 du décret n° 2020-1098 du 29 août 2020 pris pour l'application de l'article 20 de la loin 2020-473 du 25 avril 2020 de finances rectificative pour 2020 seront, lorsque le télétravail n'est pas possible, placés en autorisation spéciale d'absence, sur la base d'un certificat d'isolement délivré par un médecin." http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2020/09/cir_45044.pdf

 


Suspicion ou confirmation de cas de Covid-19,
ce que le ministère prescrit de faire

 

Que faire si un élève est susceptible d'avoir la covid-19 ?
Que faire si un élève est un cas confirmé de covid-19 ?
Que faire si un personnel est susceptible d'avoir la covid-19 ?
Que faire si un personnel est un cas confirmé de covid-19 ?

Les fiches du ministère

 


Parents qui doivent garder leurs enfants malades ou cas-contact

Les fonctionnaires seront placés en autorisation spéciale d’absence (ASA). Le dispositif couvre tous les arrêts concernés à partir du 1er septembre. Cela s’applique à un parent par foyer, en cas d’incapacité de télétravail des deux parents et sur présentation d’un justificatif attestant soit de la fermeture de la classe, soit de la situation de cas-contact de personnes infectées de l’enfant. https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/covid-19-le-gouvernement-s-engage-pour-apporter-des-solutions-aux-parents-qui

Le SNUDI-FO agit pour que ces ASA ne soient pas contingentées.


Personnels placés en isolement : des réponses insupportables !

Dans un groupe de travail du CHSCT ministériel, les représentants du personnel dont ceux de la Fédération Nationale de l'Enseignement Force Ouvrière (FNEC FP-FO) ont tenté d’éclaircir la situation qui est réservée à certains personnels.

FO : Dans le cas où un personnel contracterait le COVID, quelle serait sa position administrative ?

Ministère : Si le test est positif, alors il faut un arrêt de travail par le médecin. Il se voit appliquer le jour de carence.

FO : Quelle serait la position administrative des personnels suspectés mais pas détectés positifs ?

Ministère : Les personnels en attente de test sont soit en télétravail, soit en Autorisation Spéciale d’Absence.

La DGRH indique qu’elle va rédiger une note.

Comment comprendre ? Un personnel pour lequel il y a suspicion de COVID peut-être placé en ASA, sans perte de salaire ni de droit à congé. Un personnel testé positif doit demander à son médecin de le placer en arrêt maladie, ce qui remet en cause ses droits à congé et impacte son salaire avec le jour de carence.

Posté par snudifo18 à 10:18 - - Permalien [#]

mardi 5 mai 2020

Groupe de travail sur la reprise du 11 mai : DÉBROUILLEZ - VOUS...

logo

Un protocole sanitaire ministériel dangereux et inapplicable dans les établissements scolaires !

 11 mai, les conditions sanitaires ne sont pas réunies dans les écoles :

Le SNUDI-FO 18 invite tous ceux qui ne l’ont pas encore fait à signer la pétition nationale qui recueille près de 60000 signatures

Hier, les organisations syndicales, FO, FSU, SUD et SEUNSA du Cher étaient conviées par le DASEN à un groupe de travail pour la reprise du 11 mai.
De nombreuses questions ont été posées par les organisations syndicales quant aux conditions de notre reprise. Nous ne pouvons que constater que les réponses apportées sont floues et bien souvent inexistantes voire irresponsables.

Le SNUDI-FO18 ne s'étendra pas sur les quelques consignes d'organisation qui ont été données pour deux raisons.

Elles sont bien souvent inapplicables voire irresponsables, comme peuvent l'être celles de notre Ministre et ce n'est pas le rôle de notre syndicat de transmettre des informations de la part de la hiérarchie qui se garde bien de le faire!

Force est de constater que notre administration fait preuve d'aucune clarté face à cette situation et laisse les collègues se débrouiller !

 

Pour le SNUDI-FO18, il ne fait aucun doute que notre hiérarchie transfère toutes les responsabilités au personnel qui sera, lui, sur le terrain.

Le personnel enseignant devra gérer un protocole sanitaire inapplicable et s'exposera à des dangers.

BIENVEILLANCE ET SOUPLESSE?

Le SNUDI-FO18 a dénoncé  les injonctions et pressions de certains IEN auprès de collègues.

Face à une situation exceptionnelle et anxiogène, le SNUDI-FO18 condamne tout forme de pression à l'heure où le Ministre ne cesse de parler de souplesse et bienveillance.

Contactez-nous en cas de problème:  18.snudifo@gmail.com

Des conditions de sécurité non réunies !

 Notre administration met également en danger les collègues en ne fournissant que de maigres protections !

A propos des masques : si les premiers projets précisaient que « l’Éducation Nationale mettra donc à disposition de ses agents en contact direct avec les élèves au sein des écoles et des établissements des masques dits « grand public » de catégorie 1 (filtration supérieure à 90%) dès le 11 mai à raison de deux masques par jour de présence dans les écoles et établissements » ce qui est très insuffisant en terme de protection, dans la troisième version du protocole relayée ce dimanche les masques ne sont plus obligatoires (sauf durant l’entrée en classe et les récréations) et aucune date de livraison n’est précisée. Le seul équipement de protection efficace et reconnu par le code du travail c’est le masque FFP2.

Le DASEN nous a indiqué posséder des masques sans préciser le type mais nous a avoué de ne pas "avoir reçu le gel à l’heure actuelle" !

Aucun dépistage systématique n'est envisagé, ce serait impossible !

 La responsabilité pénale des personnels engagée !

 A la question sur la responsabilité des directeurs que nous avons posée, l’administration nous a répondu que la responsabilité des directeurs et des enseignants peut être engagée pénalement si il y a une faute grave et délibérée de leur part. .

Nous alertons l'ensemble des personnels sur ces responsabilités qui pourraient peser sur leurs épaules si une disposition du protocole sanitaire nationale n'était pas respectée (exemple : distanciation...)

 En maternelle par exemple, les enseignants devront retirer l'ensemble des jeux pouvant être manipulés à plusieurs ; veiller au respect des gestes barrières pendant la récréation ; interdire les jeux sur structures extérieures ou les désinfecter après chaque manipulation ; interdire les ballons ; organiser un lavage des mains a minima cinq fois par jour et chaque fois qu’un enfant éternuera, se mouchera, se mettra les mains à la bouche ou dans le nez …

Et si un parent venait à être procédurier dans le cas d'une réouverture de votre établissement.....

Pour le SNUDI-FO18 , il est clair comme nous pouvons le dire depuis un moment que toutes les responsabilités sont transférées sur les enseignants et principalement les directeurs.

C’est pourquoi le SNUDI-FO18 donne comme consigne syndicale aux directeurs et à l’ensemble des collègues de lister toutes les difficultés et impossibilités à mettre en œuvre le protocole sanitaire national et de les communiquer par écrit à l’IEN avec copie au maire de leur commune (en copie ou SNUDI-FO 18).
Vous pouvez également faire remonter l’impossibilité d’appliquer le protocole via le RSST  ou vous saisir du RGDI.

Il est tout à fait possible d’informer les parents, en toute transparence, de ces impossibilités et de l’absence de garantie sanitaire et de consigne écrite de notre hiérarchie.

 Le SnudiFO avec la FNEC FP FO a déposé un préavis de grève valable jusqu’au samedi 30 mai 2020 pour ceux qui ne peuvent  exercer leur droit de retrait.

Posté par snudifo18 à 10:09 - - Permalien [#]

vendredi 1 mai 2020

Compte rendu de l’audience FO du 30 avril 2020 avec le ministre de l’Education nationale

107712130_o

Sommaire :

- Compte-rendu de l'audience avec le Ministre sur la question de la réouverture dès le 11 mai - 30 avril 2020
- Compte-rendu du GT du CHSCT ministériel du 30 mai 2020 sur la question de la réouverture dès le 11 mai
La FNEC FP-FO est aux côtés des personnels qui refusent de retourner sur leur lieu de travail sans protection, avec des missions définies localement. Elle est aux côtés des personnels qui veulent assurer leur missions statutaires, avec toutes les protections et les moyens nécessaires.
Plus de 54 000 signataires sur la pétition !

Posté par snudifo18 à 09:07 - - Permalien [#]

dimanche 26 avril 2020

Compte-rendu du CHSCT M du 21.04.20

107712130_o

Télécharger le compte-rendu ici : CR_CHSCT

Avis maladie professionnelle
Le CHSCTM demande le Covid soit reconnue en affection imputable au travail.
En l’absence d’une médecine de prévention efficiente faute de personnels, il demande que les arrêts maladies de personnels ne soient pas décomptés en congés de maladie ordinaire sur simple présentation d’une attestation du médecin traitant.
Adopté à l’unanimité

Avis masques FFP2
Considérant que les masques chirurgicaux et les masques barrières ne sont pas reconnus comme équipements de protection individuels par le code du travail, le CHSCT M demande la mise à disposition de tous les personnels amenés à fréquenter un service ou un établissement scolaire de masques FFP2.
Par ailleurs, le CHSCT M demande à être informé au plus vite du nombre de masques à disposition, de leur type et de leurs lieux de mise à disposition.
Pour : FO
Abstention : Unsa
Contre : FSU

Avis télétravail
Considérant les conséquences constatées du télétravail sur les personnels contraints d’y avoir recours tant dans le cadre de la continuité administrative que pédagogique, le CHSCTM demande l’application des dispositions du décret 2016-151, notamment la prise en charge des frais et équipements.
Le CHSCT M demande également que des mesures soient prises sur tous les risques professionnels liés à l’exercice du télétravail : troubles musculosquelettiques, troubles RPS. (diffusion d’informations, mise en place de formation conformément aux article L.4141-1 et suivants du code du travail).
Il demande qu’un travail spécifique sur le sujet soit mis en oeuvre dans les plus brefs délais.
Pour : FO
Contre : FSU
Abstention : UNSA

Avis circulaire MEN
Le CHSCTMEN demande qu’une circulaire ministérielle élaborée et diffusée précisant les modalités de prise en charge administrative et sanitaire des personnels qui ont été réquisitionnés et qui ont contracté le COVID-19 au cours de ces réquisitions, pour toutes les formes de réquisitions.
Adopté à l’unanimité

Avis titularisation des stagiaires
Considérant que la carrière des personnels ne saurait être impactée par la crise sanitaire actuelle, considérant que les fonctionnaires-stagiaires ont travaillé comme tous les personnels, faisant preuve comme tous les personnels d’un dévouement sans pareil, malgré les conditions et les incertitudes qui pèsent sur eux, le CHSCT M demande que les titularisations de ces collègues soient prononcées en juillet, sans aucun retard au 1er septembre 2020.
Pour : FO, UNSA
Contre : FSU

Avis transmission virus
Les enfants et adolescents ont été considérés dès le début de la contagion comme un risque majeur de contamination, car porteurs sains la plupart du temps. Les avis médicaux divergent entre des spécialistes de très haut niveau sur l’importance du risque que représentent les enfants en tant que vecteur du corona virus. La charge virale portée ou non par les élèves est un élément prédominant pour la réouverture des écoles et établissements et pour les conditions de travail des adultes les encadrant.
Les membres du CHSCTMEN demandent donc que le ministre de l’Education nationale, donne des directives claires et étayées sur la reprise du travail, après avoir pris en compte les avis et conseils auprès des instances médicales compétentes, notamment sur le risque épidémique que représentent les enfants et les adolescents avant toute réouverture des écoles et établissements.
Pour : UNSA, FO
Abstention : FSU

Avis déconfinement et réouverture des écoles
Une fois le protocole sanitaire élaboré en CHSCTMEN et mis en œuvre localement, le CHSCTMEN demande qu’en amont de l’accueil des élèves, et à partir de la date de déconfinement, un temps nécessaire à ce retour d’activité doit être prévu.
Il s’agit de permettre aux équipes des communautés des scolaires de bénéficier de temps pour :Pour organiser l’accompagnement de celles et ceux qui en auront besoin,
-Pour réfléchir en équipe aux besoins et moyens indispensables à ce déconfinement, aussi bien en termes d’équipements matériels et sanitaires, que de renfort en personnel mais aussi,
-Pour réorganiser les lieux avant l’arrivée des élèves.
-Prévoir le lien avec les familles afin d’expliquer comment le retour des élèves sera organisé.
-Toute latitude devra être donnée aux équipes.
-Les moyens devront se traduire notamment par des personnels en plus et non des heures supplémentaires à tous les niveaux.
Pour : FSU, UNSA
Contre : FO

Posté par snudifo18 à 12:20 - - Permalien [#]


mardi 21 avril 2020

Une hypothétique rentrée le 11 mai ?

Le ministre vient une nouvelle fois ce mardi 21 avril, de démontrer l’amateurisme et l’irresponsabilité de ce gouvernement.
Pour le SNUDI-FO du Cher, les seules conditions à la réouverture des écoles :

– le dépistage systématique des enseignants et des élèves avec des tests sérologiques,

– le matériel de protection adapté et en quantité suffisante (savon, gel hydroalcoolique, gants, serviettes, masques FFP2),

– le nettoyage et la désinfection des locaux dans le cadre d’un protocole strict !

Rien n'a été fait depuis début mars sur cette question que nous avions déjà abordée régulièrement dans les CHSCT Académique en faisant remarquer que l'on demandait aux chefs d'établissement et aux directeurs d'école de faire remonter les DUERP ... qui ne servaient qu'aux statistiques du ministère et du Rectorat ! Rappelons que les mêmes sont eux très exigeants en ce qui concerne les PPMS ... 

Ces conditions sont donc très loin d’être réunies !

Dans cette situation : pas d’ouverture, même progressive des écoles !

11 MAI : LA FNEC FP FO LANCE UNE PETITION NATIONALE >>  

Cliquez sur l'image ci-dessous

 

Posté par snudifo18 à 17:55 - - Permalien [#]

lundi 20 avril 2020

Reprise du 11 mai ? réponses du CHSCT-Académique

11 MAI : LA FNEC FP FO LANCE UNE PETITION NATIONALE >>>  

https://www.fo-fnecfp.fr/le-11-mai-ou-apres-pas-de-reprise-sans-depistage-systematique-sans-tous-les-moyens-de-protection-necessaires/

Vous trouverez ci-dessous le CR du CHSCT A (Comité Hygiène, Sécurité et Condition de Travail Académique ) spécial Coronavirus du 15 avril. D'une certaine façon, un CHSCT Académique pour presque rien puisque aucune réponse sur le 11 mai n' a été apportée par la Rectrice. Pourtant, n'ont-ils pas raison les syndicats FO, CGT et Sud de l'hôpital de la Beaujon qui écrivent :

Le chef de l’Etat annonce un dé-confinement à partir du 11 mai, avec notamment la réouverture des écoles, collèges et lycées : mais en l’absence de masques FFP2 pour les 2,5 millions d’élèves et les 200 000 agents de la région parisienne, en l’absence de gels hydro-alcooliques à l’entrée de chaque établissement et de chaque classe, en l’absence de tests de dépistage pour tous les enseignants, agents et élèves avant le 11 mai, nos hôpitaux subiront inévitablement une 2 ème vague épidémique, qui pourrait être encore plus meurtrière dans la mesure où, selon les estimations, seulement 10% de la population présenterait une immunité.

Des témoignages d'hospitaliers, et au delà de salariés, qui considèrent que "le jour d'après" c'est maintenant,  on en trouve de plus en plus. C'est pour cela que notre fédération a décidé de publier cette pétition qui reprend tout simplement l'avis du CHSCT Ministériel (et donc celui de notre CHSCT Académique - lire ci-dessous)

Un nouveau CHSCT Académique est prévu le 5 mai, d'ici là, multiplions les prises de positions à tous les niveaux. Pour sa part, la FNEC FP FO cherchera les prises de position unitaires tant au niveau académique que départemental.

 Compte-rendu du CHSCT Académique du 15 avril 2020

Le CHSCT Académique s’est tenu de nouveau par visioconférence en présence de la Rectrice et des différents responsables du Rectorat ; la délégation de la FNEC FP FO était composée de Christophe Denage, PLP (18) et d’Yvan Moquette, directeur d’école (37).

Vous trouverez ci-dessous  2 des 3 avis présentés.

Le troisième, le voici, en lien avec la pétition :

 Avis 3 : Le président de la République annonce une reprise progressive des cours à partir du 11 mai. Cette annonce suscite beaucoup d'inquiétude chez les personnels.  Le CHSCT Académique se prononce contre cette date qui est prématurée » Pour : 1 (FNEC FP FO) ;  Abstention: 6 (FSU – UNSA)

Ensuite, vous trouverez quelques questions que nous avons posées avec les réponses et les commentaires (d’autres points ont pu être abordés mais nous avons choisi de nous concentrer dans le CR sur les plus importants)

 AVIS

Avis 1 (déposé en commun par FNEC FP FO, FSU et UNSA) 

 « Afin d’endiguer l’épidémie, pour assurer la sécurité et protéger la santé de tous les personnels, le CHSCT Académique exige la mise en place du dépistage systématique comme le préconise l’OMS, à commencer par celui des personnels ayant des symptômes et ceux ayant été en contact avec des personnes infectées, de tous les personnels travaillant dans les pôles d’accueil des enfants de soignants ou ceux s’étant rendu sur leur lieu de travail ces quatre dernières semaines, ainsi que de tous les personnels à risque.  Le CHSCT Académique demande un dépistage généralisé aux personnels et aux élèves comme préalable à toute reprise d’activité. »

Pour : 7 (FNEC FP FO – FSU – UNSA)

Commentaire : il s'agit de l'avis du CHSCT ministériel repris dans la pétition FNEC FP FO (elle a été proposée à toutes les organisations syndicales) 

  Avis 2

« Le CHSCT Académique considère que la période que nous vivons (épidémie de Coronavirus, confinement durant au moins deux mois, fermeture des établissements scolaires, télé-travail généralisé, ...) a des conséquences désastreuses (stress, fatigue, tensions, ...) chez des personnels déjà fortement éprouvés par des conditions de travail qui n'ont fait que se dégrader depuis plusieurs années. Le CHSCT Académique demande qu'en aucun cas et quel que soit le département, la hiérarchie ne refuse les temps partiels sur autorisation que solliciteront nos collègues (premier degré, administratifs).

Pour : 5 (FNEC FP FO – FSU) Abstention : 2 (UNSA)

Commentaire : nous invitons tous les collègues qui se verraient refuser un temps partiel à nous contacter.

 DANS LES QUESTIONS POSÉES PAR LA FNEC FP FORCE OUVRIÈRE:

 -          De nouveau sur les sollicitations des directeurs : cela continue avec une redondance dans les enquêtes. Il y a maintenant AFFELNET ... l’administration multiplie la charge administrative des directeurs dans une période où tous les personnels sont sous tension professionnelle et personnelle. encore une fois, cela doit s’arrêter  !

Réponse du Rectorat : Sur les enquêtes, il y a eu des loupés entre ce qui était envoyé par le ministère, le Rectorat et les DSDEN et nous prenons note afin que cela ne se reproduise pas. Sur AFFLENET, nous allons regarder... 

Commentaire FO : Le discours est toujours le même mais les actes ne suivent pas ! Sur AFFELNET, nous avons fait remarquer à la Rectrice que c'était maintenant que l'on voulait des réponses et pas dans deux mois ! Nous appelons les collègues à nous saisir systématiquement.

 -          Quelles démarches auprès des collectivités territoriales à propos de la mise en sécurité sanitaire des locaux scolaires (en particulier le problème des toilettes) ?

Réponse du Rectorat : Nous échangeons à ce sujet avec les associations de maires, la région et les conseils départementaux.

Commentaire FO : En résumé,  rien n'a été fait depuis début mars sur cette question que nous avions déjà abordée régulièrement dans les CHSCT Académique en faisant remarquer que l'on demandait aux chefs d'établissement et aux directeurs d'école de faire remonter les DUERP ... qui ne servaient qu'aux statistiques du ministère et du Rectorat ! Rappelons que les mêmes sont eux très exigeants en ce qui concerne les PPMS ...  

 -          Comment mettez-vous à disposition des personnels les Registres obligatoires : registre de santé et sécurité au travail (RSST) et registre d'un signalement d'un danger grave et imminent (RSDGI) ?

Réponse du Rectorat : On peut les trouver sur le site du rectorat, les enregistrer et remplir et ensuite les transmettre à l'IA-Dasen.

Commentaire FO : Sur ces documents, surtout, s'adresser aux délégués FNEC FP FO en écrivant à 18.snudifo@gmail.com

 Plus que jamais, il nous faut des syndicats indépendants de l'administration et du gouvernement :

J'adhère en cliquant sur ces liens : 

puis j'envoie mon règlement à l’adresse suivante : SNUDI-FO  CHER – UD-FO – 22 rue Jean Chaumeau – 18000 BOURGES   

Posté par snudifo18 à 15:17 - - Permalien [#]

dimanche 19 avril 2020

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels soussignés considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse, impossible. L’Ordre des médecins dénonce dans ce choix « un manque absolu de logique », qui ne pourra qu’aggraver l’épidémie. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise la mise en place du dépistage systématique pour sortir de la crise sanitaire.

Les gestes barrières ne pourront être respectés compte tenu de l’âge des élèves ou du nombre d’élèves par classe. Comment éviter une nouvelle flambée épidémique quand près de 900.000 professeurs et 12 millions d’élèves seront rassemblés en classe, auxquels il faut ajouter tous les personnels d’éducation, d’administration, de direction, les personnels médico-sociaux, ainsi que les personnels territoriaux, amenés à se déplacer et à entrer en contact ? Sans parler des regroupements dans la cour de récréation, de la sieste en maternelle, des repas collectifs, des internats, des transports…

Le CHSCT ministériel indique dans un avis voté par FO et FSU : ” Le CHSCT M demande un dépistage généralisé aux personnels et aux élèves comme préalable à toute reprise d’activité. “

Nous, soussigné(e)s considérons que sans dépistage généralisé, sans les mesures de protection nécessaires, toute reprise est inacceptable.

Nous refusons que l’école et nos vies soient la variable d’ajustement des besoins du MEDEF.

Nous, soussigné(e)s, exigeons des préalables à toute reprise d’activité :

  • Le dépistage systématique de tous les personnels et des élèves ;
  • La mise en œuvre de toutes les mesures de protection nécessaires (équipements de protection à hauteur des besoins, désinfection totale des locaux, tests quotidiens…).


PETITION EN LIGNE ci-dessous



Posté par snudifo18 à 20:39 - - Permalien [#]

vendredi 17 avril 2020

Avis de la FNEC-FP FO au CHSCT Académique du 15 avril 2020

Le CHSCT académique s'est tenu le 15 avril durant plus de 3 heures.
ci-dessous:
- les 3 avis que nous avons présentés.
A noter que la rectrice n'a répondu rien de précis sur le 11 mai dans l'académie, renvoyant aux "concertations " de Blanquer avec les organisations syndicales, les associations de parents et les collectivités territoriales.

Avis 1 (déposé en commun par FNEC FP FO, FSU et UNSA)

 « Afin d’endiguer l’épidémie, pour assurer la sécurité et protéger la santé de tous les personnels, le CHSCT Académique exige la mise en place du dépistage systématique comme le préconise l’OMS, à commencer par celui des personnels ayant des symptômes et ceux ayant été en contact avec des personnes infectées, de tous les personnels travaillant dans les pôles d’accueil des enfants de soignants ou ceux s’étant rendu sur leur lieu de travail ces quatre dernières semaines, ainsi que de tous les personnels à risque.

Le CHSCT Académique demande un dépistage généralisé aux personnels et aux élèves comme préalable à toute reprise d’activité. »

Pour : 7 (FNEC FP FO – FSU – UNSA)

  Avis 2

 « Le CHSCT Académique considère que la période que nous vivons (épidémie de Coronavirus, confinement durant au moins deux mois, fermeture des établissements scolaires, télé-travail généralisé, ...) a des conséquences désastreuses (stress, fatigue, tensions, ...) chez des personnels déjà fortement éprouvés par des conditions de travail qui n'ont fait que se dégrader depuis plusieurs années.

Le CHSCT Académique demande qu'en aucun cas et quel que soit le département, la hiérarchie ne refuse les temps partiels sur autorisation que solliciteront nos collègues (1er degré, administratifs).

Pour : 5 (FNEC FP FO – FSU) Abstention : 2 (UNSA)

 Avis 3

 « Le président de la République annonce une reprise progressive des cours à partir du 11 mai. Cette annonce suscite beaucoup d'inquiétude chez les personnels. Le CHSCT Académique se prononce contre cette date qui est prématurée »

Pour : 1 (FNEC FP FO) ; Abstention: 6 (FSU – UNSA)

Posté par snudifo18 à 09:45 - - Permalien [#]

jeudi 16 avril 2020

Réouverture des écoles et des établissements : Mise en danger des personnels, menaces sur les obligations de services !

Compte-rendu d’audience avec le ministre de l’Education nationale

Le ministre a consulté la FNEC FP-FO en visio-conférence ce mercredi 15 avril, suite à l’annonce par le président Macron de la réouverture des écoles et des établissements scolaires le 11 mai.

En préalable, la FNEC FP-FO a indiqué que la situation que vivent des millions de salariés aujourd’hui militait plus que jamais pour le maintien et la défense des CHSCT et donc pour l’abandon de la loi de transformation de la Fonction publique qui prévoit de les supprimer.

La FNEC FP-FO refuse que la sortie du confinement se fasse en mettant en danger la vie des personnels. Il y a donc un préalable : le ministre a l’obligation d’apporter toutes les garanties en matière de protection de ses agents. Force est de constater que ce n’est pas le cas aujourd’hui. Depuis des semaines les personnels qui assurent l’accueil des enfants de soignants ne disposent ni de masques, ni de solution hydro-alcoolique, ni de gant, etc. Certains enseignants sont tombés malades. Et aucun dépistage n’a été réalisé.

Or, sans ces garanties, dans les conditions de promiscuité des établissements (espaces communs, cantines, salles de classe,…), l’annonce de réouverture est irréalisable et irresponsable. Le Conseil de l’Ordre des Médecins s’y est opposé.

L’annonce de reprise a provoqué la plus grande colère des personnels

Comment comprendre que les rassemblements soient toujours interdits alors que les établissements scolaires devront réouvrir ? Comment n’y aurait-il pas de contamination dans des écoles, des collèges ou des lycées quand il y en aurait dans un restaurant avec 30 adultes ? Pourquoi les étudiants de BTS et de l’Université ne reprendraient-ils pas les cours alors qu’ils sont dans la même situation sanitaire que les autres élèves ?

Quelle est la logique dans tout cela ?

Le ministre a mis en avant la visée sociale. Après les discours lénifiants sur la continuité pédagogique et la « réussite » de l’enseignement à distance, le ministre découvre que le confinement a creusé les inégalités sociales. Certes, ce confinement digne du Moyen-Âge a des conséquences sociales désastreuses. Personne n’est dupe non plus de « l’utilité sociale » d’une réouverture des écoles, pour répondre aux pressions du patronat pour un redémarrage de la production à tout prix. Certes, des milliers de salariés au chômage partiel attendent de pouvoir reprendre leur travail : mais pas au prix de leur vie et de celle de leurs proches. Personne ne veut aller au casse-pipe.

Dépistage systématique : une condition préalable à toute reprise !

La FNEC FP-FO a demandé au ministre de mettre en œuvre l’avis du CHSCT ministériel du 3 avril, qui « demande un dépistage généralisé aux personnels et aux élèves comme préalable à toute reprise d’activité. ».

Le ministre a botté en touche, ajoutant qu’il allait prendre l’avis des autorités sanitaires sur cette question. A cette étape, le Président Macron parle de dépistage uniquement pour ceux qui manifestent des symptômes. Ceci est incompréhensible dans la mesure où nombre de personnes et en particulier les enfants peuvent être porteurs sains et vecteurs de la maladie.

Reconnaissance de la maladie professionnelle :

La FNEC FP-FO a demandé que le COVID 19 soit inscrit dans les tableaux de maladies professionnelles afin de garantir l’indemnisation des séquelles éventuelles et le placement en CITIS et non en congés de maladie Ordinaire. Le Ministre a indiqué qu’aucun virus n’était à l’origine d’un classement dans les maladies professionnelles et répond donc par la négative.

Commentaire : réponse fausse ! Le tableau 76 des maladies professionnelles prévoit la reconnaissance de la maladie professionnelle pour des maladies virales : zona et varicelle.

Les personnels à risques :

La FNEC FP-FO a indiqué que la médecine de prévention étant exsangue (68 ETP pour 900 000 agents), aucun suivi médical des personnels à risques n’a été effectué, aucune liste dressée et aucune mesures particulières prises. Le ministre a assuré que les personnels à risques ne retourneraient pas dans les établissements en mai et juin.

Les questions d’hygiène et de sécurité dans les établissements :

La FNEC FP-FO a interrogé le ministre sur la faisabilité de faire travailler les enfants en petits groupes de leurs faire respecter les gestes barrière, elle a posé la question de la proximité dans les cantines, les transports, les toilettes et les garderies, la désinfection des locaux. Le Ministre a expliqué qu’un des objectifs de la reprise était de travailler pédagogiquement sur la responsabilisation, le respect des consignes, sans davantage de précision…

Il a indiqué vouloir se mettre en relation avec les collectivités pour envisager avec elles toutes ses problématiques.

Défense individuelle des personnels et loi de transformation de la Fonction Publique :

Constatant que de nombreux recteurs ou Dasen profitent de la remise en cause des prérogatives des CAP pour refuser de traiter dans les instances des dossiers individuels des collègues concernant leurs affectations, l’adaptation de leur poste de travail, les congés, la carrière,… la FNEC FP FO a demandé au Ministre qu’il donne des consignes, à plus forte raison durant cette période de confinement pour que les personnels puissent être représentés par les syndicats.

Les propos inquiétants du ministre sur les conditions de la reprise

Le ministre a déclaré que le retour en classe serait progressif. Avec des aménagements pour alléger les effectifs avec une partie des cours en présentiel et une autre en télé-enseignement.

A-t-il prévu que chaque enseignant fasse le double de cours : un pour chaque moitié de classe ? Des cours en télé-enseignement pour ceux que les parents refuseraient d’envoyer en cours ? Quand on sait que le télétravail a été mis en place depuis un mois en dehors de tout cadre réglementaire, avec pour conséquence des pressions insupportables conduisant les personnels à l’épuisement, le ministre va-t-il demander aux enseignants de faire cours à la fois en présentiel et à distance ?

Le ministre est resté très évasif sur le sujet. Et il a ajouté que les emplois du temps seraient nécessairement modifiés, allant jusqu’à parler « d’obligations réglementaires de services de circonstances exceptionnelles. » Force est de constater que les circonstances exceptionnelles ont déjà amené le gouvernement à publier la loi d’état d’urgence et ses ordonnances, dont Force Ouvrière demande l’abandon, et qui déréglementent le droit du travail, les congés, le temps de travail, remettent en cause les libertés individuelles, etc.

Pour la FNEC FP-FO, les circonstances exceptionnelles ne doivent pas service prétexte à la remise en cause des statuts et des obligations réglementaires de services. Elle restera extrêmement vigilante sur les propositions « d’aménagements » du ministre concernant la reprise.

Ça suffit ! Nous refusons de retourner sur nos lieux de travail au péril de nos vies !

Force est de constater que le ministre n’a pas apporté les garanties suffisantes permettant un retour en toute sécurité. FO appelle les personnels à se regrouper (en visio par exemple), à adopter des motions d’écoles, d’établissements, des pétitions ou des lettres ouvertes, avec leurs syndicats, et en direction du ministre, pour dire : « pas de reprise sans que les mesures de protection soient garanties ! » Elle invite les personnels à s’appuyer sur l’avis du CHSCT ministériel qui demande le dépistage systématique des élèves et des personnels avant toute reprise.

à Montreuil, le 15 avril 2020

Posté par snudifo18 à 20:36 - - Permalien [#]